Lès Sorciéres èyié leu joûe d'fiète qu'on dit l'Sabbat.

Èl joûe dou Sabbat a douze heures par nwite, lès sorcières mont'a gvau su ène manche dé ramon', èyié s'èrjwin'tét au Rond a Sorcières pou dansèr dès galops é,s'aringèr avè I'diape. Leûs rèunion s'fèsin'tét d'vée' l'bos d'Tambrize, a l'cwazate dé l'route a Boquets èyié dé l'route dou Nac (Grand'Vue-Happâe).
Quand on passwôt au Rond a Sorciéres, ch'twôt bié râte avè lès sueùrs fwâdes èyié trannant dvés sès marones, surtout qu'on vèiywôt co la souvée a l'brunète in-ome pourmènér avè in grand capiau vèrdache a larguès bôrds : Ch'twôt l'diape li'même.
Elles pas't'èn'air è criyant come dès fuchaus. Quand l'vée chuflwôt, nos tayions disin'tét qu'on étèdwôt l'musique qu'lès sorcièrs èt lès sorcières, f'sin'tét ét dallant au Sabbat dvée l'bos. I criyin't'é passant a nos grands-pées èt nos grands-mées qui trannin'tét come dès fwèles - « Gâges, gâges » èt i folwôt râte leû rwèr ène sakwé.
Les sorcières et le jour du Sabbat.                                      

Le jour du Sabbat à minuit, les sorcières, montées sur des manches à balai, se donnent rendez-vous au Rond à Sorcières pour y danser des rondes et commercer avec le diable. C'était dans le bois de Stambruges, à la croisée de la route du Bosquet et de la route du Nac (Grande Avenue-Happart).
Quand on passait au Rond à Sorcières, c'était rapidement avec des pensées de frayeur, d'autant plus qu'à la brune on y voyait parfois un homme coiffé d'un grand chapeau verdâtre à larges bords. C'était le diable en personne.
Elles passaient dans l'air en poussant des cris. Quand le vent sifflait, nos ancêtres disaient qu'on entendait la musique que faisaient les sorciers et les sorcières se rendant au Sabbat dans la forêt. Ils criaient à nos ancêtres terrifies : « Gages, Gages », et il fallait aussitôt leur jeter quelque chose.
Légende extraite de "Stambruges, un peu du passé - Premier volume" de MM A. Gosselin et J. Rolland - 1939.